Si dans un cadre extérieur, le pilotage d’un drone reste relativement facile grâce à l’assistance GPS et les grands espaces à découvert, c’est une toute autre histoire en intérieur.

Pour commencer, en intérieur il n’y a pas de réglementation aérienne car l’espace aérien ne concerne que l’extérieur. Vous devez tout de même obtenir l’accord du gestionnaire des lieux afin de planifier un vol. Pour vous garantir un vol intérieur en toute sécurité et sans embûches, nous vous conseillons de garder à l’esprit ses 10 règles.

Nous vous proposons de voir ensemble les différences entre un cadre intérieur et un cadre extérieur, ce qui peut jouer beaucoup sur votre pilotage :

* Premier point : En intérieur, le GPS est régulièrement indétectable, vous pilotez donc en mode ATTI (ATTItude), c’est à dire que vous devez constamment donner un contre ordre pour stabiliser le drone, c’est un mode de vol libre. Exemple : tangage avant, le drone part vers l’avant, si vous lâchez la commande contrairement au mode GPS le drone ne se stabilise pas tout seul, vous devez lui donner le contre-ordre de tangage arrière.

* Deuxième point :nbsp;Maintenant les drones les plus récents notamment de la Marque DJI, ont des capteurs anticollision (infrarouge avant et haut et ultra son vers le bas) qui stoppent le drone si vous vous approchez d’un peu trop près d’un obstacle. En extérieur ils sont assez efficaces pour détecter les arbres, les maisons, les poteaux etc…. (fonctionne uniquement en mode GPS). Par contre en intérieur étant en mode ATTI (libre) les capteurs sont désactivés. Pensez-y, car si votre drone se retrouve trop proche d’un mur ou d’un plafond, rien ne l’arrêtera sauf vos contre-ordres avant la collision.

* Troisième point :nbsp;Le retour de flux d’air. Explication : un drone crée son propre flux d’air en plus du flux naturel (vent) avec ses hélices, il aspire l’air par le haut et cet air est expulsé instantanément vers le bas. En extérieur cet air soufflé vers le bas se « dissout » dans l’atmosphère. En revanche en intérieur le pilotage est bien plus complexe, car le flux d’air créé par la rotation des hélices et l’angle des pales (le pas) est toujours chassé vers le bas mais se répercute au sol, remonte le long des murs avant d’être renvoyé sur le drone par le plafond. Cela créait donc des vortex plus facilement.

Ce phénomène affecte considérablement les vols, et donc votre pilotage. Pour pouvoir être réactif sur les contre-ordres, il faut avant tout être formé au pilotage en ATTI.

* Quatrième point : La profondeur de champ visuel. L’œil humain est vraiment bien fait, mais il existe un petit défaut sur la profondeur de champ. Lorsque votre drone se trouve à hauteur de regard en vol stationnaire, vous lui donnez l’ordre d’avancer en avant (Tangage avant), le drone s’exécute mais au bout de quelques mètres vous allez avoir l’impression qu’il n’avance plus, limite qu’il est devenu statique. Ne vous y trompez pas IL AVANCE TOUJOURS. Soyez donc toujours réactif et vigilant. Si cette situation vous arrive, un conseil : Stoppez immédiatement sa course avant que ce soit un mur qui ne le fasse à votre place. Sachez qu’en intérieur n’ayant pas de points de repères comme des arbres, la ligne d’horizon etc…, cet effet d’immobilité est constant.

* Cinquième point : Les structures métalliques. Comme vous le savez, afin que le drone se repère dans son espace d’évolution, il a une « boussole » intégrée, c’est à dire que le système réagit aux champs magnétiques de la terre, par conséquent aux structures ferreuses. Qui n’a jamais aimanté une aiguille, une plaque de métal, ou une photo sur le frigo ? Et bien le drone réagit quasiment à l’identique. Si les structures métalliques sont trop importantes, ils ne vont pas se coller au fer mais seront totalement « déboussolées » et peuvent partir n’importe où ! Généralement vos actions sur les commandes seront inappropriées et inefficaces.

* BONUS : Repérage des lieux, point nettement plus important que pour un vol en extérieur. Vous devez repérer principalement la structure du bâtiment (fer, métal, …), l’architecture intérieure, voûte ou angulaire, la grandeur d’espace, la luminosité. Un petit point à prendre quand même en compte, c’est la propreté des lieux car s’il y a beaucoup de poussière le souffle des moteurs vous créera un nuage qui peut vous obscurcir la pièce jusqu’à ne plus voir le drone. Si cela vous arrive le résultat sera probablement le crash, donc anticipez au maximum.

Les vols en drone dans un cadre intérieur sont comme vous avez pu le lire moins règlementés mais nettement plus techniques et précis. Nous vous conseillons de faire appel à un professionnel pour assurer vos vols.

HELIATUS a toutes les compétences et formations pour réaliser tous vos projets d’intérieur.

Se déplace à l'international

Se déplace à l'international

materiel haut de gamme

Matériel haut de gamme

réactif, créatif, rigoureux

Réactifs, créatifs, rigoureux